L’esprit, l’esprit… Et le corps dans tout ça !

A plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de vous dire combien l’esprit et le corps étaient liés et unissaient leur force pour notre bien-être. Le souci est qu’il n’est pas si naturel pour nous d’en prendre conscience tous les jours et de soigner l’un et l’autre. Shakespeare disait à ce propos que “lorsque l’esprit est libre, le corps est délicat“. Il s’agit bien ici de l’écoute de notre corps qui ne cesse de nous parler à longueur de journée. Et, l’enjeu est qu’à chacune de ces occasions nous apprenions à entendre ce qu’il veut nous dire, sans le considérer comme un frein, un boulet, qui nous empêcherait d’avancer et de réaliser toutes les tâches que nous avons encore à faire. Le syndrome du multitasking (l’obsession de faire plusieurs choses en même temps) nous éloigne bien de notre quiétude mentale et corporelle.

Corps et esprit : un duo gagnant au travail

Christophe ANDRE, dans l’excellent ouvrage “trois-amis-en-quete-de-sagesse” co-écrit avec les fabuleux Alexandre JOLLIEN et Matthieu RICARD , nous dit : “dans ce soin du corps, il y a un équilibre à trouver entre d’une part déni et mépris, et d’autre part obsession du corps”. C’est très juste car c’est bien cet équilibre vers lequel nous devons tendre en comprenant que le corps est finalement une porte d’entrée :

  • non seulement vers l’esprit en ce qu’il nous permet de reconnaître, comprendre et développer nos émotions
  • mais aussi vers le cœur à travers les pouvoirs de l’empathie, de l’altruisme ou de la compassion.

    Matthieu RICARD, moine bouddhiste français, dit, à son tour, pour expliciter cette idée, que “toutes les pratiques liées au corps et à la parole ne sont que des moyens accessoires d’affranchir l’esprit des émotions conflictuelles et de l’ignorance”. Quant à Alexandre JOLLIEN, philosophe et croyant, connaissant un handicap dont il parle avec délicatesse, ajoute qu’il “préfère considérer le corps comme un véhicule pour accomplir le voyage vers la joie, l’amour, l’Eveil et l’union à Dieu”.

Alors, quelles sont ces pratiques du corps qui peuvent faire du bien et nous harmoniser depuis les pieds jusqu’au cerveau, en passant par le cœur ? Evidemment, il y a la méditation et la coherence cardiaque, dont je vous ai déjà vanté tous les mérites étant adepte depuis plusieurs années. C’est la meilleure illustration de cet équilibre entre le corps, l’esprit et le cœur, puisque, grâce à l’écoute de sa respiration et le temps de pause que l’on s’octroie, le corps est respecté, les pensées sont libérées de la rumination et le cœur peut se déployer. C’est aussi un formidable moyen de se rendre compte, avec la pratique, des émotions qui nous traversent, dans la journée, à travers les réactions du corps.

Corps et esprit en harmonie au travail

Paul EKMAN, grand psychologue américain contemporain, pionnier dans la description des interactions entre les émotions et le corps, a découvert que la cinquantaine de muscles qui se trouve sur notre visage était impliquée dans nos expressions faciales, qui, elles-mêmes, traduisent nos émotions, comme la peur, la surprise, la joie. Partant de ce constat, il a procédé à de nombreuses expériences afin de conclure à la relation étroite entre le corps et les émotions. Il a demandé, par exemple, à un groupe de personnes de réaliser certains mouvements du visage, comme écarquiller les yeux, froncer les sourcils, etc, puis, il a demandé à chacune ce qu’elle ressentait, à la suite de ce mouvement volontaire. Le résultat est stupéfiant puisque chaque personne ressentait l’émotion associée au rictus effectué de manière involontaire. Un état mental spécifique avait donc été déclenché par le mouvement musculaire associé à l’insu des personnes. Et, cette étude a prouvé que l’analyse était réversible à savoir qu’une pensée peut créer un effet corporel correspondant.

Expressions faciales sur les émotions

Imaginez les conséquences de cette étude si l’on considère les positions dans lesquelles nous mettons l’ensemble de notre corps lors d’une journée de travail quand, notamment, nous nous tenons mal sur une chaise, quand nos épaules et notre poitrine sont fermées, nos jambes croisées. Ce sont toutes des positions familières dans lesquelles nous nous tenons au travail et qui vont avoir un impact considérable sur notre état mental et la gestion de nos émotions. Finalement, le 1er des respects que l’on se doit, c’est de veiller à notre posture physique au quotidien, afin d’en récolter les bienfaits, pour notre bien-être émotionnel. Le réflexe est de se redresser et de rouvrir les épaules et la poitrine autant que c’est nécessaire et surtout de se lever de son siège pour faire quelques pas, histoire d’aller voir un collègue, de faire des photocopies etc.

Le-diaphragme-centre-des-émotions par excellence, qui se loge en horizontal au centre de notre corps, sous nos poumons, est une bonne illustration de ce couple corps-esprit à bichonner. En effet, j’ai remarqué toutes les conséquences néfastes du stress et de l’agitation mentale sur ce muscle que l’on met souvent à rude épreuve encore à cause de nos postures inadaptées sur nos chaises de bureau ou en réunion. Le blocage de la respiration qui résulte d’un souffle court et rapide (qui se localise uniquement au niveau claviculaire) entraîne quasi automatiquement une tension mentale et vice-versa. Inversement, reprendre une respiration ample et ventrale, réduit immédiatement le stress avec une libération du diaphragme qui reprend sa place dans le buste. C’est tellement clair et simple que l’on se demande pourquoi on maltraite son diaphragme si souvent. Alors que le masser et prendre soin de lui et de son plexus solaire est un geste à intégrer à notre quotidien avec urgence pour se sentir mieux. Le bâillement est généralement la manifestation de ce soulagement. Et ça fait un bien fou !

Diaphragme et plexus à relaxer au travail

S’agissant des bénéfices de l’auto-massage, je ne peux que vous suggérer, si ce n’est pas le cas, à le pratiquer sans modération, sur l’ensemble de votre corps, à commencer par les zones les plus sollicitées au travail, en raison des conséquences délétères des tâches sur ordinateur (nuque, tête, épaules, lombaires). Si l’effet néfaste des pensées désagréables sur le corps, et inversement, est attesté, il l’est aussi pour les émotions agréables. Aussi, faire du bien à son corps est une bonne manière de calmer ces émotions perturbatrices et d’en convoquer d’autres comme la sérénité, la joie, l’empathie, l’amour, le plaisir...Je pense à nos yeux par exemple. Le yoga des yeux est un bonheur à vous offrir à la suite de journées longues sur écran. Et, sur les effets des mouvements oculaires sur l’état mental, je vous invite à vous renseigner sur l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing ) qui est une thérapie récente mise au point par une Américaine, Francine Shapiro, qui a découvert l’effet bénéfique des mouvements oculaires au cours d’une promenade dans un parc. Elle a constaté qu’en suivant le vol des oiseaux devant elle pendant un moment, et alors que son humeur était plutôt morose ce jour-là, la joie et la sérénité sont revenues. Je peux témoigner de son efficacité l’ayant pratiqué afin de dépasser le deuil de ma grand-mère en 2011.

Je terminerai, pour finir de vous convaincre, en vous citant Socrate qui déclarait que “le massage est aussi nécessaire à l’homme que les céréales dont il se nourrit“.

Si vous avez aimé l'article, pensez à le partager !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire